Étant en définitive donné qu’il est de jurisprudence constante que le devoir de cohabitation implique l’obligation deconsommer le mariage, chacun des époux étant tenu d’accomplir le devoir conjugal,
Que pourrait prévoir le Législateur pour éventuellement permettre à un homosexuel masculin officiellement marié et demandant le divorce pour non consommation du mariage, de prouver valablement ses dires quand son conjoint affirmerait au contraire que l’union a bien été consommée ?